Traitement de la maladie inflammatoire pelvienne

Le traitement de la maladie inflammatoire pelvienne, également appelée MIP, doit être instauré le plus tôt possible pour éviter des conséquences graves sur le système reproducteur de la femme, telles que la stérilité ou la possibilité de grossesse extra-utérine en raison du développement de lésions de la trompe de Fallope.

Le traitement est généralement effectué avec des antibiotiques, mais en fonction de la gravité de la maladie, il peut être nécessaire de procéder à une intervention chirurgicale pour traiter une inflammation ou drainer les abcès, par exemple.

La MIP est une infection qui commence au niveau du vagin ou du col de l'utérus et est plus fréquente chez les femmes sexuellement actives ou qui possèdent un dispositif intra-utérin. Découvrez les principales causes et symptômes de la maladie inflammatoire pelvienne.

Quels sont les antibiotiques les plus couramment utilisés

Le traitement de la maladie inflammatoire pelvienne aiguë consiste à utiliser des antibiotiques, par voie orale ou par injection, pendant environ 14 jours ou selon une ordonnance médicale. L'azithromycine est le principal antibiotique recommandé par le médecin. Parmi les autres antibiotiques pouvant être recommandés, citons:

  • L'amoxicilline;
  • Ceftriaxone;
  • La doxycycline;
  • Métronidazole;
  • Lévofloxacine;
  • La gentamicine;
  • Clindamycine.

Pendant le traitement, il est important que la femme soit au repos, ne pas avoir de contact intime, retire le DIU si elle l'utilise et prend des médicaments pour soulager les douleurs telles que le paracétamol ou l'ibuprofène. En outre, le partenaire doit également être traité, même en l'absence de symptômes, pour éviter une recontamination ou une manifestation de la maladie.

Après 72 heures de traitement antibiotique, le gynécologue devrait réévaluer la patiente pour voir si le traitement choisi donnait de bons résultats. S'il n'y a pas d'amélioration des symptômes, une hospitalisation peut être nécessaire pour suivre un traitement veineux.

Si la maladie s'aggrave et qu'il existe un risque de rupture d'abcès dans les tubes, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour nettoyer et drainer les abcès.

Complications possibles du DIP

Lorsque le traitement de la maladie inflammatoire pelvienne n’est pas commencé rapidement, la maladie peut se développer et causer divers types de cicatrices dans l’appareil reproducteur féminin, ce qui entraîne plusieurs complications telles que:

  • Grossesse ectopique: cela se produit parce que la présence de cicatrices dans les tubes peut empêcher la sortie de l'ovule vers l'utérus, qui finit par être fécondé par le spermatozoïde, générant une grossesse dans les tubes;
  • Jeinfertilité: selon l'endroit où les cicatrices DIP se développent, la femme peut avoir une stérilité;
  • Abcès ovarien: Les cicatrices peuvent entraîner une accumulation de pus, ce qui provoque le développement d'abcès dans le système reproducteur. Ces abcès peuvent finir par s'ouvrir et provoquer des saignements généralisés ou une infection.

En outre, les femmes atteintes d'une maladie inflammatoire pelvienne, qui ne suivent aucun type de traitement, présentent également des douleurs pelviennes chroniques, qui diminuent en fin de compte la qualité de vie.

Signes d'amélioration

Les signes d'amélioration de la maladie inflammatoire pelvienne apparaissent généralement quelques jours après le début du traitement et sont liés à une diminution de la douleur pelvienne, à la régulation des pertes menstruelles et au soulagement de la fièvre, le cas échéant.

Dans les cas où la femme ne présentait aucun symptôme, le gynécologue peut observer des signes d'amélioration au moyen d'examens tels qu'une échographie ou une laparoscopie.

Signes d'aggravation

Les symptômes d’aggravation de la MIP se manifestent généralement lorsque le traitement n’est pas commencé à l’époque. Des cicatrices apparaissent sur l’appareil reproducteur, ce qui peut provoquer des saignements menstruels, de la fièvre et même une augmentation de l’inconfort pelvien, des douleurs à l’urine le contact intime.